Home » , » Le Coran prend le serviteur d’Abraham pour son père

Le Coran prend le serviteur d’Abraham pour son père



Lorsque le Coran évoque le père d'Abraham, il lui octroie le nom de Azar.
Sourate VI, verset 74 :
وَإِذْ قَالَ إِبْرَاهِيمُ لِأَبِيهِ آزَرَ أَتَتَّخِذُ أَصْنَامًا آلِهَةً إِنِّي أَرَاكَ وَقَوْمَكَ فِي ضَلَالٍ مُبِينٍ


Traduction littérale :
"et lorsque dit abraham à son père azar prends-tu des idoles pour dieu je te vois toi et ta communauté dans une chute évidente"
Or dans la Bible, le père d'Abraham porte le nom de Terah et non pas de Azar !
D'où vient donc ce mystérieux "Azar" ? Il est tout simplement le nom du serviteur d'Abraham Ely 'Ezer que le rédacteur du Coran (Muhammad ou son scribe étourdi ?) a transcrit comme Azar.
En effet, Ely 'Ezer est un nom théophore en hébreu, composé du nom de Dieu (El), décliné au possessif (Ely = Mon Dieu) et du substantif verbal 'ezer. Ce qui qui signifie "Dieu m'a été en aide".
Le rédacteur du Coran, qui avait certainement de graves lacunes en hébreu, a sans doute perçu ce nom de la bouche d'un rabbin et l'a transcrit de manière tronquée et erronée.
Par exemple, il n'a pas compris que El désignait Dieu en hébreu et non pas al, la particule de l'article défini en arabe. Il l'a donc ôté et n'a conservé que 'Ezer. Mais au lieu de le transcrire avec la lettre gutturale 'ayn originelle, il l'a recopié avec un alif. Donc double bourde !
Cependant, cette analyse grammaticale n'explique toujours pas comment le rédacteur du Coran a bien pu confondre le serviteur d'Abraham avec Terah, le père d'Abraham ! Confusion que même un enfant ne ferait pas.
Les exégètes musulmans du Coran, qui n'ont pas froid aux yeux, ont trouvé la parade : ce n'est pas le Coran mais la Bible qui s'est grossièrement trompé !
On a beau leur dire que le Pentateuque (les cinq livres de la "Torah de Moïse") qui mentionne Terah le père d'Abraham et Ely 'Ezer son serviteur, a été écrit 1500 ans avant le Coran, rien n'y fait !
Pour un musulman, le Coran est infaillible puisqu'il vient d'Allah et a été transmis à Muhammad par l'Archange Gabriel !
C'est la même prétention d'infaillibilité qui fit qu'un décret papal ordonna à Galileo Galilei d'abjurer que la terre était ronde. D'ailleurs, en se fondant sur certains versets du Coran, il existe encore des "sommités" musulmanes – au XXIème siècle ! - à jurer leurs grands Dieux (pardon, leur grand et illustre Allah) que le globe terrestre est… plat !
Mais malheureusement pour l'islam, aussi vrai que la terre est un globe, le Coran non seulement n'est pas infaillible, mais il pullule d'erreurs de transcriptions, de lacunes grammaticales, de fautes d'orthographe, de non-sens patent et de syntaxe défectueuse, de bourdes phénoménales etc…
Sami Aldeeb, le grand juriste et expert de la langue arabe en a relevé plus de mille ! Ce qui lui a fait dire que la langue du Coran est du charabia !
Mais soyons plus indulgents. Disons simplement que le rédacteur du Coran a mal "entendu" (également dans le sens latin de "comprendre") les sermons qu'un rabbin dissident et défroqué distillait à ses ouailles. Que ces derniers fussent des juifs de souche ou des néo-convertis, ou tout simplement des égarés - comme Waraqa Ibn Nafl ou Muhammad - parmi certains néophytes de la tribu arabéenne (et non "arabe" !) des Qurayshites.
Et d'ailleurs, cette assertion que le Père d'Abraham était un idolâtre n'est même pas mentionnée expressément dans la Torah ! C'est une exégèse talmudique reprise quasiment mot à mot par le Coran ! Preuve indubitable de l'origine rabbinique de l'enseignement reçu par Muhammad !

David A. Belhassen

0 коммент.:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.